,

Itinérance au Chili

C’est une randonnée magnifique que nous avons vécu dans la cordillère des Andes chiliennes sur un périple de 170 km couvert en 8 jours de randonnée itinérante par une forte chaleur et des nuits parfois humides et froides. La randonnée itinérante est la forme la plus exigeante mais aussi la plus pure façon de randonner à cheval.

Randonner avec des chevaux de bât – une expérience à vivre !

Toutes nos affaires doivent être réduites au strict nécessaire car elles ne seront portés que par nos chevaux. La majorité des randonnées permet de retrouver un véhicule d’assistance chaque soir (voir midi comme pour le désert de Namibie) afin de limiter ce que les chevaux porteront. ici, nous avions 3 chevaux de bâts.

Carrying the food and drinks mostly

Ces chevaux ont la responsabilité de porter notre nourriture (nos chevaux devront se contenter de ce que la nature leur procurera – aucun complément n’est transporté), ainsi que les ustensiles de cuisine, la pharmacie, les tentes, les vestes de chacun pour la nuit (et qui prennent trop de place). Les bâts sont de 2 type : canadiens (les bâts bleus et verts que l’on voit sur les photos) : les cordes qui les enserrent se positionne sur un arçon en bois disposant d’une armature métallique les accueillant (le matériel est limité par la taille fixe des caisses mais elles sont faciles à mettre) ; et le bât chilien (voir la photo de Carlos ci-dessous) : les affaires sont prises en sandwich dans une toile, elle-même enserrée par un anneau métallique recouvert de grillage (plus haut sur le cheval, le matériel peut être de forme différente et large mais, à contrario, l’équilibrage est rendu plus difficile et, comme la position sur le cheval est plus haute, ce bât bouge facilement du côté le plus lourd et il faut régulièrement retendre les cordages).

Les chevaux de bât sont tenus en main pour la plupart du temps (gant fortement recommandé pour la main qui tient la longe du cheval de bât) mais, selon leurs caractères, ils peuvent être laissés libre de suivre.

L’eau est l’élément le plus important dans une itinérance et il faut en trouver en quantité, régulièrement pour les chevaux et les cavaliers. A ce titre, les Andes Chiliennes sont bien pourvues. Les vallées hébergeant de nombreux troupeaux, elles sont bien irriguées par de petits ruisseaux et des canaux creusés et entretenus par les « cuidadors ». En majorité, l’eau est potable directement sauf à 2 ou 3 endroits, où nous avons pris l’eau de la rivière en contrebas de troupeaux (pastille d’hydrochorazone ou équivalent fortement recommandée pour les non-chilien)

Les chevaux

Comme tout cheval de randonnée, nos chevaux ont le pied sûr, un caractère bien fait, habitué à vivre dehors, à s’adapter aux conditions de la randonnées (halte, traversée de rivières, de passage étroit, franchissement de sommets…) et à s’adapter à une alimentation pauvre tout en assurant une journée de randonnée avec cavalier et ses bagages dans une région montagneuse.

L’aventure a failli mal débuter avec une des juments de bât qui a eu de violentes coliques le soir de notre première journée alors que rien ne le laissait prévoir. A voir l’expression des guides, ils avaient peu d’espoir que la jument survive – ce qui aurait été un horrible début de rando (et qui aurait pu aussi la remettre en cause). Heureusement, la jument a tenu le choc (merci aux trois piqures administrées la veille).

Goliath is hindered but he is used to it and can choose his food freely

La nuit, certains chevaux sont mis au piquet (avec une longe de plusieurs mètres), les autres sont entravés et peuvent se déplacer librement. Contrairement à ce que certains cavaliers pourraient penser, les entraves ne sont en rien un instrument de torture pour le cheval. Si il est habitué début tout jeune, c’est un excellent moyen pour lui de rester en liberté et trouver des pâturages qu’il aime tout en limitant sa divagation (ce qui est préférable, si vous ne voulez pas vous retrouver à porter la selle pendant des heures au petit matin). Le nombre des chevaux entravés doit être inférieur à celui des chevaux à l’attache, car, étant majoritairement grégaire, il reste près du gros du troupeau (sauf quelques indépendants ;-). J’ai personnellement vu des chevaux galoper avec des entraves (au Kirghizstan, quand les gamelles de grains étaient distribuées). Il a même fallu dans un cas particulier entraver 3 membres des chevaux pour éviter qu’ils aillent trop loin (toujours au Kirghizstan – impossible de planter les piquets).

Autre particularité de l’itinérance, les chevaux ne peuvent pas être compléter dans leur alimentation qu’ils doivent trouver naturellement sur le lieu de chaque campement. Ainsi, sur cette randonnée, 2 campements sont choisis par les guides en fonction de la quantité d’herbe dont les chevaux peuvent profiter (selon la quantité d’eau).

L’organisation

Carlos, our chilean guide and « cuidador » is ready to guide us on our second day

L’organisation d’une telle randonnée est particulièrement exigeante et demande une grande expérience de la randonnée. En effet, une fois en chemin, pas moyen de trouver un fer, de l’alimentation, un nouveau cheval, du secours…

Nos deux guides furent très complémentaires : Sandra – française qui est parti s’installer au Chili – est l’organisatrice s’est occupé de la gestion de notre groupe et de la logistique de la randonnées. Elle gère un centre équestre à Santiago et un autre à Maule (où elle habite avec sa famille). Carlos, quant à lui, à mis à disposition certains de ces chevaux, et son expérience de « cuidador » – un véritable gardien de troupeau. Travail qu’il exerce dans l’anneau en parallèle de la gestion de son élevage, de l’accompagnement de randonnées…

Nos guides étaient les premiers debout et, souvent, les derniers couchés : préparer le feu du matin pour chauffer l’eau, ramener les chevaux qui se sont éloignés la nuit (en se relevant parfois la nuit pour récupérer les fuyards ce qui à provoqué une petite frayeur quand j’ai entendu les chevaux revenir vers nous au galop en plein milieu de la nuit – je dormais à la belle étoile et le risque de se faire piétiner était possible), ranger le campement (pendant que nous préparions nos chevaux), bâter les chevaux, guider la randonnée et étant à l’écoute des cavaliers et des besoins des chevaux, trouver le bon chemin (qui parfois se résume à un sentier de chèvres), préparer les repas, veiller au bon etat des chevaux… et répondre aux nombreuses questions des cavaliers tout en essayant au maximum de satisfaire leurs besoins.

La selle

Plutôt rustique, elle se pose sur un premier tapis (simple pour la transpiration), suivi d’un tapis plus épais (amortisseur), la selle même (ressemblant à un arçon de McLellan), une sangle qui entoure le cheval, les tapis et la selle (nœud de cravate), une peau de mouton est attachée par-dessus la selle et la sangle et elle même est maintenu attachées par des cordelettes à la selle. Enfin, une sur-sangle entoure l’ensemble pour le maintenir en place. Sur ma peau de mouton, il y a avait en outre une croute de cuir (souple).

Le re-sanglage nécessite donc de refaire 2 nœuds de cravate. Si la plupart des cavalier trouve la selle confortable, pour ma part, je préfère une selle de troupe ou une McLellan sans peau de mouton et avec une croute de cuir lisse.

Contenu du bagage personnel

Everything for the rider should be carried by its horse: sleeping bag, underwears and clothes (many layers), toilet kit, water, plate, glass … everything should weighted and small

Nos affaires personnelles sont transportées par notre propre cheval et la place est limitée dans les sacoches : couches d’habit multifonctions (coupe-vent, poncho de pluie, polaire, bonnet et gants, couche chaude pour la nuit, maillot de bain), linge de rechange, nécessaire de toilette et serviette, carnet de randonnée (pour ma part), lampe de poche (à dynamo) et batterie de secours (solaire), pharmacie personnelle, sac de de repas (avec assiette, couvert, tasse et des barres de céréales pour les petits creux – on s’arrête là où c’est possible et de façon très variable au niveau horaire). Et la gourde d’eau (une bouteille d’Evian de 75cl + une recharge en plastique souple de 1L). Sans oublier le nécessaire de nuit : sac de couchage (tenant le 0° – la température est descendue jusque 3° humide une nuit) et couche isolante (les terrains sont très humides malgré la forte chaleur la journée). Chaque place est comptée où le superflu n’a pas sa place. Pour ma part, j’ajoutais un petit sac à dos contenant mon appareil photo : canon EOS-5D avec son objectif 24-105 – 1 batterie de secours (j’ai « oublié » les 2 autres dans un sac qui est resté au centre équestre).

Vivre dehors 24/24 et dormir à la belle étoile

Dormir à la belle étoile : poncho, sac de couchage et polaire

Il est surprenant de voir comme le corps s’adapte rapidement à de grandes variations de température (la sonde de température que je transportais sur cette randonnée indiquait plus de 40°C en journée – avec des records de chaleur pour le chili – et descendre jusque 5°C de nuit). En vivant constamment dehors, même si la chaleur était éprouvante (heureusement, le foulard gorgé d’eau aide à combattre la chaleur) et les nuits froides (sac de couchage tenant 0°C confort recommandé), je n’ai, à aucun moment, eu envie de m’enfermer dans une tente et j’ai pu profiter des beaux cieux étoilés de la cordillère – sans pollutions lumineuse. Je mettais mon poncho russe au sol pour éviter la remontée de l’humidité, puis un tapis léger isolant, mon sac de couchage recouvert d’une polaire et je refermais le poncho sur moi pour la nuit (pour limiter l’humidité ambiante). Mes affaires du lendemain était prise en sandwich entre le sac et la polaire afin de les garder tiède. Les manches du poncho servait de rangement : eau, lunette, carnet de rando, pharmacie…

Notre parcours

Je vous invite à aller sur la page de la randonnée où vous trouverez les informations sur cette randonnée ainsi que le lien vers l’album photos

,

les Chevaux sauvages du désert de Namibie

The word « feral » means an animal that was domestic and became wild.

These feral horses were left after world war 1 (mostly from a breeder of race horses and working horses and from war horses left behind during bombing by German and Union soldiers). Thanks to wind mills pumping water from the ground, water holes were still in activities and allowing the horses to survive (oryx, springbok, kudu, ostriches, … are also dependent of theses holes).

In 1960 (?), the population goes down to 40 horses. They recovered and the herd grow up to 286 in 2012. In 2015, the herd is made with 175 horses : around 100 stallions and 75 mares. Usually the ratio is 55/45 in favor to male, but now it is nearly 62/38. The drop during these last 3 years was due to hyenas attacking them and also because of a low drop of rains. If 3 hyenas or more are on a horse and he could not escape, he has little chance to survive. Nowadays, they seem to deal better with hyenas and less horses are killed. Once a year, a horse is killed in a car accident (there are no fences surrounding the tar road because horses -and other animals- should go from north to south in case of rain failure. They can find more moisture near by the mountain on the south. The park is nearly 400 km long and 100 km wide, but the water holes are important and they usually don’t go farther than 30 km away of one. So they are living in a place of 400km2. To find their food: grass and bushes – very rare in the desert – they are walking a lot and they can ride up to 60 km a night and are mostly sleeping in the day while high temperatures. Telanie Greyling (in charge of the wild horses foundation) told me that she observed a correlation between the quantities of rains and the number of horses. In 1992 and 1998, they had to be complemented by minerals because rainfalls were particularly low but no hay or luzern is given so that they can still be called « wild horses ».

The breed is a cross of Cape horses, Trakehner, Argentinean and Java Ponies with some Barb and Shagya Arab.

The members of the wildlife foundation are trying to preserve the park, teaching and helping ranger (used to animals in north park, but not to this situation), communication with the ministry in order for the government to help in case of bad situations : like giving minerals. The foundation is not allowed to do anything but warning the Ministry in case of a bad situation. Usually, the government understand the touristic importance of preserving the wildlife and is listening to advices.

At the latest news (2016), there were unfortunately no winter rain so it is not looking so good for grazing, therefore the foundation is planning to start supplementing the horses with a mineral lick this October.

 

, ,

Extrait du carnet de voyage en Cappadoce

Je vous livre ici le contenu de mes carnets de voyage en Cappadoce, Turquie à la rencontre des cheminées de fées.
Il manque le départ et du liant… 🙂

Histoire raccourcie et partiale de la Turquie

« Résumé de l’histoire de La Turquie racontée par notre guide »
Anatolie (Asie mineure) : partie asiatique de la Turquie
1er site trouvée en cappadocien datée de 8000 av JC (construction et pas une grotte)
1ère écriture : en Mésopotamie (tablette) env. 4000 av JC
Guerre de Ramses II avec les hittites (basé à Ankara)
Fin des hittites entre -1000 et -500 av JC.
1ère monnaie : par les Lydiens ? (successeur des hittites)
Alexandre le grand détruit les petites civilisations : période hellénistique (-200 av JC)
L’empire romain se sépare au Ve siècle av JC en 2 avec l’empire romain d’occident et celui d’orient (nommé Bizance). Byzantin = grec + romain.
en 1071 les celtit?
en 1299 les Ottomans prennent de l’emprise en Turquie.
1453 prise de Constantinople (Istanbul) – fin de l’empire Byzantin grâce au Sultan Mehmet qui conquiert Constantinople qui devient Istanbul.
Fin de l’empire Ottoman en 1923
Le sultan Ottoman était le Calife du monde Islamique et à pris le nom « Atatürk » (le père des turques).
Naissance de la république Turque démocratique. Le drapeau Turque change et représente la lune et l’étoile sur le sang des morts des Dardanelles (guerre de conquête)
l’écriture Turque apparait (avant, en arabe). L’entourage de l’ataturque avait étudié en France. Le peuple turque est attaché à la laïcité (seul peuple musulmans de ce type).
L’époque iconoclaste commence au 8e siècle (contre les images)
1940 : destruction des icônes par les turques (Islam plus fort à la mort de l’Atatürk)

Mercredi 20

les chevaux sont attachés aux piquets en terre avec une corde de 3m a 2 mousquetons.
Nourriture : Orge concassée et paille coupée (pour le lest) mis en musette et attaché derrière les oreilles du cheval. Pas de foin (parfois de la luzerne à l’écurie)
Mon cheval (AT en turc) s’appelle Fistik (i sans point). Nous n’avons que des juments dans le groupe.
Nos guides : Ibrahim avec « MaBlonde » et Doruk avec Ansuka – notre maréchal ferrant – et enfin Mimun, notre cuisinier.
Nuit à la belle étoile en sac de couchage et sac de soie
Pt déj avec du thé noir préparé comme en Kirghizie (1/24 de verre de thé avec le reste d’eau chaude)
 les Allures : pas ou galop (2 max par demi journée) avec un pas rapide de 7km/h

Samedi : 4e jour de rando

les cheminées de fée : mix de Tuf (friable) et de roches volcaniques. L’érosion forme ces cheminées spectaculaires.
3 couleurs de roche : blanc = calcaire / rose-rouge = oxyde de fer / jaune = souffre
traversée de 4 villages, les 3 derniers étant grec réinvestit par les Turcs

Dimanche : 5e jour

Visite ce matin du Monastère datant du IVe siècle avec des représentations de la vie du Christ (Annonciation, naissance, la Scène,…). Les ottomans, pendant la période iconoclaste on tenté de supprimer les visages et sur la 2eme église, des photos avec des représentations de symboles par dessus les représentations. Photo de la croix turque.
On monte sur le plateau (1600m) avec vu sur le volcan « ergiers » vers lequel on se dirige.
Dico : At : cheval ; Su : eau ; as : peu ; tchuk : beaucoup ; saol : merci (amical) (tchuk saol) ; Téchekiurler : merci formel ; Meraba : bonjour ; ayer : non ; ebet : oui ; ecmet : pain ; afirdòsun : bon appétit ; shekerli tchaï : thé avec sucre ; taman : ok, d’accord ; gedegede : bye bye (celui qui reste) ; hoch tchakal : au revoir (celui qui part)
Sur le plateau : champs de blé et orge, patate

Lundi : 6e jour

petite journée avec environ 3h de cheval après une nuit dans les sous bois.
On rejoint la pension Ekmet (première nuit de rand dans un lit avec douche (à part la piscine du jour 2). Visite du village Soganli aux 140 églises du VIe siècle.

Mardi : 7e jour

On quitte Soganli pour se diriger vers le volcan Ergies en passant par une steppe aride montagneuse (type américaine) et prés d’un lac de barrage.
Nuit dehors devant le monastère du Xe siècle.

Mercredi : 8e jour

On redescend dans la vallée, traversons la voie de chemin de fer lui la 4 voie pour parcourir les champs de tournesol, de patates et de betteraves sucrières. Ensuite, le côté aride puis le lac asséché (et un bon galop) avant d’entamer la montée vers le volcan – sans eau pour ma jument qui a refusé de boire dans le ruisseau après le galop du lac. La montée est donc plus difficile et longue malgré 3 galops. Nous trouvons enfin de l’eau au village « Seihsaban »à 1650m d’altitude. Pause de midi un peu plus haut parmi les arbres et nous testons un nouveau chemin (dixit un villageois) pour arriver au bivouac de cette dernière vrai journée de cheval. Le chemin est bien long mais superbe tout  comme les odeurs et les couleurs des fleurs. Cette journée de 6h de rando se termine au bord d’un lac de montagne avec baignade (fond boueux mais chaud) puis douche avant l’apéro au Raki (genre de pastis) suivi d’un bon repas avec brochettes d’agneaux cuites au feu de bois.
Je termine la soirée avec Fistik et sa tête se détache sur le ciel étoilé tout comme les montagnes qui nous entourent – et enfin, auprès du feu de camp avec Mumin qui chantonne une chason triste (?). Je prends plaisir à regarder l’étoile Polaire avant de me coucher.

jeudi : 9e et dernier jour à cheval (29 juillet 2011)

Surprise du matin a 6h30 avec l’arrivée d’un 4×4 de la TV turque qui cherche des chevaux sauvages à filmer – c’est l’occasion d’une petite mascarade (devant leurs airs déçus) avec Safran lâchée en liberté « pour faire semblant » et qui va boire au lac. Moi même, Ibrahim et Nicki sommes filmés en train de faire des photos de ces soit disant chevaux sauvages… (peut être suis je donc passé dans un reportage à la TV turque).
En parallèle, les chiens de prairies, comme les marmottes sortent et parfois se dressent. L’occasion de faire des photos avant le départ de ce bel endroit (qui reste probablement le meilleur souvenir de cette rando en dehors d’Istanbul). Descente vers le village (ou nous sommes de nouveau filmé par la TV turque – on espère que ceux qui le verront ne découvrirons le  cheval « sauvage » monté par un cavalier) vers un village ou nos chevaux embarquent très (trop) vite dans un camion (benne) pour le retour à l’écurie. On mange chez une famille ou 4 petites filles adorables sont prises en photo.
Retour à la pension Kirkit en passant par un potier de talent et passionné (duquel je ramènerais ma cruche en terre).
,

the Kjölur’s track

On the Kjölur track

En 2011, avec l’organisme RandoCheval, j’ai pu participer à la traversée de l’Islande du Sud au Nord sur la piste de Kjölur. Une chevauchée fantastique accompagnée de 150 chevaux. Pendant que vous lisez cette page, vous pouvez écouter hymne national des cavaliers islandais qui a été chanté pendant cette randonnée.

Une aventure particulièrement belle avec ces petits chevaux valeureux qui parcourent de grandes distances à cette allure particulière qu’est le tölt

« Allure naturelle (donc innée) d’amble rompu à quatre temps dont la particularité est que le cheval a toujours au moins un pied au sol. »

ISL0010-IS0_8428

a tölting horse with its Young rider

La vitesse se situe autour des 13km/h en moyenne et peut aller beaucoup plus (mon GPS a enregistré une pointe à plus de 20km/h) – c’est grisant si votre cheval est confortable (ce qui m’est arrivé le dernier jour de la randonnée – les Islandais étant galants, ils confiaient les chevaux les plus confortables aux femmes du groupe et comme il y en avait 14 sur 17 cavaliers …)

Autre particularité de cette randonnée, la centaine de chevaux qui nous précédaient/suivaient et qui permettait de changer de chevaux à chaque demi-journée avec parage et ferrage avant. Il faut dire qu’en 2h de tölt (allure exclusivement utilisée sur cette rando – pas de galop, ni de trop et très peu de pas) 20 à 25km sont couverts (soit la distance presque d’une journée normale de cheval en France). Cette rotation permet de faire travailler tous les chevaux tout en les préservant

Je vous invite à découvrir mon itinéraire, ainsi que le lien vers ma sélection de photos de cette randonnée.