, ,

Extrait du carnet de voyage en Cappadoce

Je vous livre ici le contenu de mes carnets de voyage en Cappadoce, Turquie à la rencontre des cheminées de fées.
Il manque le départ et du liant… 🙂

Histoire raccourcie et partiale de la Turquie

« Résumé de l’histoire de La Turquie racontée par notre guide »
Anatolie (Asie mineure) : partie asiatique de la Turquie
1er site trouvée en cappadocien datée de 8000 av JC (construction et pas une grotte)
1ère écriture : en Mésopotamie (tablette) env. 4000 av JC
Guerre de Ramses II avec les hittites (basé à Ankara)
Fin des hittites entre -1000 et -500 av JC.
1ère monnaie : par les Lydiens ? (successeur des hittites)
Alexandre le grand détruit les petites civilisations : période hellénistique (-200 av JC)
L’empire romain se sépare au Ve siècle av JC en 2 avec l’empire romain d’occident et celui d’orient (nommé Bizance). Byzantin = grec + romain.
en 1071 les celtit?
en 1299 les Ottomans prennent de l’emprise en Turquie.
1453 prise de Constantinople (Istanbul) – fin de l’empire Byzantin grâce au Sultan Mehmet qui conquiert Constantinople qui devient Istanbul.
Fin de l’empire Ottoman en 1923
Le sultan Ottoman était le Calife du monde Islamique et à pris le nom « Atatürk » (le père des turques).
Naissance de la république Turque démocratique. Le drapeau Turque change et représente la lune et l’étoile sur le sang des morts des Dardanelles (guerre de conquête)
l’écriture Turque apparait (avant, en arabe). L’entourage de l’ataturque avait étudié en France. Le peuple turque est attaché à la laïcité (seul peuple musulmans de ce type).
L’époque iconoclaste commence au 8e siècle (contre les images)
1940 : destruction des icônes par les turques (Islam plus fort à la mort de l’Atatürk)

Mercredi 20

les chevaux sont attachés aux piquets en terre avec une corde de 3m a 2 mousquetons.
Nourriture : Orge concassée et paille coupée (pour le lest) mis en musette et attaché derrière les oreilles du cheval. Pas de foin (parfois de la luzerne à l’écurie)
Mon cheval (AT en turc) s’appelle Fistik (i sans point). Nous n’avons que des juments dans le groupe.
Nos guides : Ibrahim avec « MaBlonde » et Doruk avec Ansuka – notre maréchal ferrant – et enfin Mimun, notre cuisinier.
Nuit à la belle étoile en sac de couchage et sac de soie
Pt déj avec du thé noir préparé comme en Kirghizie (1/24 de verre de thé avec le reste d’eau chaude)
 les Allures : pas ou galop (2 max par demi journée) avec un pas rapide de 7km/h

Samedi : 4e jour de rando

les cheminées de fée : mix de Tuf (friable) et de roches volcaniques. L’érosion forme ces cheminées spectaculaires.
3 couleurs de roche : blanc = calcaire / rose-rouge = oxyde de fer / jaune = souffre
traversée de 4 villages, les 3 derniers étant grec réinvestit par les Turcs

Dimanche : 5e jour

Visite ce matin du Monastère datant du IVe siècle avec des représentations de la vie du Christ (Annonciation, naissance, la Scène,…). Les ottomans, pendant la période iconoclaste on tenté de supprimer les visages et sur la 2eme église, des photos avec des représentations de symboles par dessus les représentations. Photo de la croix turque.
On monte sur le plateau (1600m) avec vu sur le volcan « ergiers » vers lequel on se dirige.
Dico : At : cheval ; Su : eau ; as : peu ; tchuk : beaucoup ; saol : merci (amical) (tchuk saol) ; Téchekiurler : merci formel ; Meraba : bonjour ; ayer : non ; ebet : oui ; ecmet : pain ; afirdòsun : bon appétit ; shekerli tchaï : thé avec sucre ; taman : ok, d’accord ; gedegede : bye bye (celui qui reste) ; hoch tchakal : au revoir (celui qui part)
Sur le plateau : champs de blé et orge, patate

Lundi : 6e jour

petite journée avec environ 3h de cheval après une nuit dans les sous bois.
On rejoint la pension Ekmet (première nuit de rand dans un lit avec douche (à part la piscine du jour 2). Visite du village Soganli aux 140 églises du VIe siècle.

Mardi : 7e jour

On quitte Soganli pour se diriger vers le volcan Ergies en passant par une steppe aride montagneuse (type américaine) et prés d’un lac de barrage.
Nuit dehors devant le monastère du Xe siècle.

Mercredi : 8e jour

On redescend dans la vallée, traversons la voie de chemin de fer lui la 4 voie pour parcourir les champs de tournesol, de patates et de betteraves sucrières. Ensuite, le côté aride puis le lac asséché (et un bon galop) avant d’entamer la montée vers le volcan – sans eau pour ma jument qui a refusé de boire dans le ruisseau après le galop du lac. La montée est donc plus difficile et longue malgré 3 galops. Nous trouvons enfin de l’eau au village « Seihsaban »à 1650m d’altitude. Pause de midi un peu plus haut parmi les arbres et nous testons un nouveau chemin (dixit un villageois) pour arriver au bivouac de cette dernière vrai journée de cheval. Le chemin est bien long mais superbe tout  comme les odeurs et les couleurs des fleurs. Cette journée de 6h de rando se termine au bord d’un lac de montagne avec baignade (fond boueux mais chaud) puis douche avant l’apéro au Raki (genre de pastis) suivi d’un bon repas avec brochettes d’agneaux cuites au feu de bois.
Je termine la soirée avec Fistik et sa tête se détache sur le ciel étoilé tout comme les montagnes qui nous entourent – et enfin, auprès du feu de camp avec Mumin qui chantonne une chason triste (?). Je prends plaisir à regarder l’étoile Polaire avant de me coucher.

jeudi : 9e et dernier jour à cheval (29 juillet 2011)

Surprise du matin a 6h30 avec l’arrivée d’un 4×4 de la TV turque qui cherche des chevaux sauvages à filmer – c’est l’occasion d’une petite mascarade (devant leurs airs déçus) avec Safran lâchée en liberté « pour faire semblant » et qui va boire au lac. Moi même, Ibrahim et Nicki sommes filmés en train de faire des photos de ces soit disant chevaux sauvages… (peut être suis je donc passé dans un reportage à la TV turque).
En parallèle, les chiens de prairies, comme les marmottes sortent et parfois se dressent. L’occasion de faire des photos avant le départ de ce bel endroit (qui reste probablement le meilleur souvenir de cette rando en dehors d’Istanbul). Descente vers le village (ou nous sommes de nouveau filmé par la TV turque – on espère que ceux qui le verront ne découvrirons le  cheval « sauvage » monté par un cavalier) vers un village ou nos chevaux embarquent très (trop) vite dans un camion (benne) pour le retour à l’écurie. On mange chez une famille ou 4 petites filles adorables sont prises en photo.
Retour à la pension Kirkit en passant par un potier de talent et passionné (duquel je ramènerais ma cruche en terre).
0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *